Peinture néo-classique

Peinture néo-classique

La peinture néo-classique s’est développée dans la seconde moitié du 18ème siècle et prend fin au début du XXème siècle.

La peinture néo-classique trouve ses prémices en France où il sert de réponse aux excès du rococo, et ses mises en scènes théâtralisées, représentant un art plus sobre, à la fois sensuel et rationaliste. Elle développe avant tout des sujets nobles, issus de la mythologie ou d’inspiration biblique, afin de manifester la gloire de l’homme. A cette époque, les règles de perspectives trouvent véritablement leur apogée, apportant une force certaine aux hommes face à la nature, le paysage n’étant présent que pour galvaniser le sujet de l’œuvre. La peinture du néo-classicisme s’apparente à un renouveau des styles, non sans rappeler l’art de l’Antiquité classique, dont elle s’est fortement inspirée, coïncidant avec l’Âge des Lumières et son évolution. La peinture du néo-classicisme ne s’arrête pas aux seules représentations de l'Histoire antique, inspirées des mythologies grecque et romaine, mais s’adonne à un tournant bien plus contemporain que celles-ci. Le néo-classicisme précède et annonce la peinture romantique.