Emile Bernard
Peintre

Emile Bernard

Emile Henri Bernard nait le 28 avril 1868 à Lille. Il est le fils d’Emile Ernest Bernard, un marchand, et d’Héloïse Bodin. Agé de deux ans, sa famille s’installe à Rouen, puis, quelques années plus tard, à Paris. Il apprend d’abord le dessin à l’école des Arts Décoratifs, en même temps que ses études. A 16 ans, il intègre l’atelier du peintre Fernand Cormon aux côtés, entres autres, d’Henri de Toulouse-Lautrec. Il commence alors à découvrir Paris, ses musées et sa vie nocturne.

Deux ans plus tard, Emile Bernard est rejeté de l’atelier de Fernand Cormon pour mauvaise conduite. Il part en Normandie puis en Bretagne, en particulier à Concarneau et à Pont-Aven. A son retour, il rencontre Vincent Van Gogh et s’initie au pointillisme. L’un des tableaux les plus représentatifs de cette période est Deux bretonnes dans un pré datant de 1886.

En 1887, Bernard retourne en Bretagne et se dirige vers le cloisonnisme, qui consiste à séparer les différents blocs de couleurs prédominants dans le tableau par des traits plus foncés. Paysage breton ou La moisson (1888), Les Moissonneurs (1888), Madeleine au bois d’amour (1888) en sont des exemples significatifs.

C’est en 1888 qu’a lieu sa rencontre avec Paul Gauguin. Ils initient ce qui sera appelé postérieurement « l’école de Pont-Aven », endroit où de nombreux artistes viennent peindre, prenant la ville et ses habitants comme modèles et sources d’inspiration. En 1889, ce groupe organise sa première exposition à Paris, au Café des Arts.

Emile Bernard traverse ensuite une période difficile : à des difficultés financières s’ajoute la mort de Van Gogh en 1890. L’année suivante, il rompt tous ses liens avec Gauguin, l’accusant de s’être approprié l’école de Pont-Aven. Il participe à quelques grandes expositions, se mêlant aux impressionnistes et aux symbolistes.

En 1893, Bernard part vivre en Egypte. Il y reste dix ans et y rencontre son épouse. Il crée des œuvres qualifiées d’orientalistes : Intérieur arabe ; Harem (1895), L’Africaine (1895) ou encore La fumeuse de haschich (1900).

A son retour en France en 1904, il décide de s’éloigner de ce qu’il créait à ses débuts et de retourner vers une peinture plus traditionnelle, ce qu’il fait jusqu’à sa mort. Après le bain ou Les nymphes (1908), Le canapé vert (1914) ou Portrait de Paul Gachet (1926) sont autant d’exemples de cette période, qui n’est pas la plus reconnue dans l’œuvre de l’artiste.

Emile Bernard meurt le 16 avril 1941 à Paris. Il est surtout connu pour avoir su exceller dans de nombreux mouvements artistiques différents : le cloisonnisme, le symbolisme, l’orientalisme, et un retour vers des formes plus classiques, tout cela en étant également à l’origine de la naissance de l’école de Pont-Aven.    

Offrez-vous une reproduction de tableau d'Emile Bernard

 
 

La Réserve Muzéo

- 40% !

Faites de bonnes affaires en parcourant notre Réserve : les invendus de notre catalogue qui attendent leur acquéreur à petit prix.

J'en profite

Besoin d'un conseil ?

Choisissez votre lieu puis filtrez nos sélections par ambiance, par couleur ou encore par thématique.

Découvrez
 
 

"Une production entièrement élaborée en France"

Les artisans de l'atelier Muzéo s'engagent à vous fournir une oeuvre faite à la main, avec les meilleurs matériaux et dans un souci d'exactitude, pour une qualité égale à celle que vous trouverez dans une galerie d'art.

Découvrez notre atelier