Robert Delaunay
Affichiste

Robert Delaunay

Artiste majeur de la peinture française du XXème siècle, et peintre avant gardiste ayant créé le courant artistique de l’orphisme et contribué à la peinture abstraite, Robert Delaunay a su s’imposer, avec sa recherche sur la lumière et les couleurs, au niveau d’autres illustres artistes comme Georges Braque, Paul Klee, ou encore Pablo Picasso. Au côté de ses amis Kandinsky, Jean Metzinger, Michel Larionov, ou encore Fernand Léger, Delaunay a su faire évoluer son art vers une représentation du monde extérieur, dans laquelle le sujet est représenté par la couleur, en dehors de toute forme figurative classique.

 

Découvrez les tableaux d’art moderne et contemporain de Robert Delaunay, avec une reproduction sur papier de sa lithographie « La Tour Eiffel », un tableau cubiste au thème repris maintes fois par l’artiste, « Rythme, Joie de vivre », peinture à l'huile faisant partie de la collection disponible au Centre Pompidou, ou encore « Les Fenêtres Simultanées », une huile sur toile issue de sa célèbre série orphique « Les fenêtres ».

 

Offrez-vous l’une des reproductions disponibles au catalogue de l’un des grands peintres de l’histoire de l’art français et européen, et découvrez en plus sur sa vie avec sa biographie.

 

Biographie de Robert Delaunay

 

Les Débuts de Robert Delaunay: Enfance et Formation

 

Né dans la ville de Paris en 1885, dans une famille menant une vie bourgeoise, Robert Delaunay est rapidement en opposition avec les préceptes bourgeois que ses parents souhaitent lui imposer. Très jeune, c’est dans le cadre de la dixième exposition universelle, qui est également la première exposition à laquelle assiste le futur peintre, qu’il découvre et est fasciné par la Tour Eiffel, nouveau symbole de la ville de Paris. Très marqué par cette exposition et par celle de 1900, Robert Delaunay s’en inspirera tout au long de sa vie, et c’est ainsi que l’on retrouve dans les œuvres du peintre cette modernité propre aux découvertes scientifiques exposées, mais également la Tour Eiffel qu’il reproduira à plusieurs reprises.

 

Plus passionné par le dessin que par l’école, Robert Delaunay commence le dessin avec des croquis en extérieurs lors de ses vacances dans la ville de Saint-Éloy-de-Gy, et s’initie au pastel lors de ses études. En 1902, ne passant pas par l’École des Beaux Arts, comme nombre d’artistes de son époque, il entreprend de devenir apprenti en tant que concepteur scénique pour le compte d’Eugène Ronsin, un peintre et décorateur de théâtre réputé à Paris. C’est pendant ces années qu’il s’initie à la lumière et à la perspective, éléments indispensables dans le théâtre.

 

En parallèle, Delaunay peint auprès de son oncle Charles Damour, qui lui dispense des leçons sur la peinture traditionnelle. Attiré par le mouvement post impressionniste, le jeune peintre tente déjà de faire valoir sa vision novatrice, peu acceptée par son professeur d’alors, ce qui mène régulièrement à des conflits.

 

L’évolution vers la couleur pour Robert Delaunay.

 

Dès 1904, alors âgé d’à peine 20 ans, Robert Delaunay commence à trouver son style artistique. Dans ses paysages et natures mortes, on retrouve dans les tableaux du peintre, l’influence artistique des courants néo impressionniste et fauve, dans lesquels les couleurs prennent une place prédominante sur la toile. Loin de l’académie des Beaux Arts, Delaunay trouve plus volontiers des accointances avec de jeunes artistes comme Jean Metzinger ou Henri Le Fauconnier, qu’il rencontre dès son retour à Paris, après avoir participé au Salon des Indépendants, et avec qui il échangera sur le choix de la couleur dans son œuvre. Dans l’huile sur toile, « Portrait de Jean Metzinger » (1906), l’influence de celui-ci se ressent d’ores et déjà dans sa manière de peindre, où la couleur prime sur le dessin. Développant toute une théorie dans le cadre de ses recherches sur la couleur dans le dessin, Delaunay commence à se faire un nom auprès des autres artistes novateurs de son époque. C’est grâce à ses fréquentations, qu’il rencontre Sonia Terk, avec qui il noue rapidement une relation dès 1909. En 1910, alors que sa compagne Sonia est enceinte, ils se marient, ce qui ouvre une nouvelle page dans la vie de l’artiste peintre, sa femme l’accompagnant tout au long de sa carrière.

 

Plongée dans le Cubisme : L'Ère Orphique de Robert Delaunay.

 

Alors qu’il découvre l’œuvre de Picasso et la peinture cubiste de Cézanne, Robert Delaunay fait le choix de se diriger vers le cubisme analytique, et crée le mouvement artistique de l’orphisme, dans lequel la lumière et la couleur prennent le pas sur l’objet en lui-même. En 1912, c’est avec sa série « Les fenêtres » que Robert Delaunay met véritablement en place sa théorie du simultanéisme, pensée avec sa femme Sonia Delaunay. C’est également à cette période qu’il entre en contact avec Vassily Kandinsky, Michel Larionov, Giacometti, ou encore Paul Klee, qu’il s’intéresse à l’œuvre de Matisse, et qu’il se lie d’amitié avec Guillaume Apollinaire. Contrairement à son ami Kandinsky, ou aux œuvres d’artistes comme Piet Mondrian, qui se dirigent vers l’expressionnisme et l’abstraction géométrique pure, avec une véritable recherche intérieure, en tant que pionnier de l’orphisme, Delaunay, bien qu’utilisant des formes géométriques principalement circulaires, va chercher son inspiration de l’extérieur. Même s’il est déformé au profit de la couleur, le sujet reste alors au centre de la toile. Sa peinture se rapproche alors plus de la vision du peintre cubiste Pablo Picasso ou de celle de Georges Braque.

 

À cette époque, Robert Delaunay expose et voyage beaucoup. D’abord à Paris, auprès de toute l’avant garde artistique parisienne, puis à l’étranger, auprès d’artistes importants de l’art allemand ou russe, qui l'invitent à exposer à Moscou ou à Berlin, où son papier sur la couleur sera même traduit par Paul Klee. Peignant depuis Louveciennes, la collection de Robert Delaunay s’exporte ainsi à travers l’Europe grâce à ses nombreux contacts à l’étranger.

 

Robert Delaunay et les arts décoratifs.

 

Avec la Première Guerre mondiale, Robert et Sonia Delaunay font le choix de quitter la France, où le peintre français est considéré comme déserteur, et partent pour l’Espagne puis le Portugal. Depuis la péninsule ibérique, les Delaunay continuent de peindre, avec des compositions prenant leur source dans les paysages environnants, mais toujours dans un style abstrait et orphique. Ayant perdu certains de leurs amis pendant la guerre, comme Franz Marc, mais surtout Guillaume Apollinaire, emporté par la grippe espagnole, Robert et Sonia Delaunay rentrent en France en 1922, et rejoignent Paris. Peu appréciés par les peintres de l’époque du fait de leur désertion, à l’exception du peintre Fernand Léger qu'ils continuent de fréquenter, le couple se rapprochera d’un cercle d’amis, dont il fera le portrait pour certains, issus de la poésie surréaliste. C’est auprès de sa femme, mais également de Fernand Léger, que Robert Delaunay se dirige vers les arts décoratifs. Plus reconnue que son mari, Sonia Delaunay travaille régulièrement pour des décors et vêtements de films, et son œuvre est particulièrement appréciée à l’Exposition des Arts Décoratifs de 1925. À l’occasion de cette exposition, Robert Delaunay, quant à lui, sera chargé de la décoration du hall d’une ambassade. Il présentera ainsi une nouvelle fois la Tour Eiffel, et qui fera scandale avec son gigantisme.

 

Robert Delaunay, vers une peinture abstraite.

 

Après une période à se concentrer sur les arts décoratifs et sur la production d’une série de portraits représentant ses amis, vers 1930, Robert Delaunay tourne une page de sa vie et revient vers le mouvement pictural de l'orphisme, dans une forme d’abstraction plus poussée, sans doute inspirée des tableaux abstraits de Piet Mondrian. Dans le cadre de sa série « Rythme », les formes circulaires et les couleurs prennent une dimension abstraite, qui atteindra son apogée avec la série « Rythme sans fin », présentée à l’exposition internationale de 1937, dans une reproduction à grande échelle. Alors que jusque-là, les œuvres de Delaunay étaient inspirées d’une recherche picturale autour du réel, avec les séries autour du rythme, il souhaite représenter la lumière, et doit pour cela faire totalement abstraction de la forme figurative, afin de la représenter de manière abstraite. Bien qu’il ne se définira jamais comme peintre abstrait, les formes géométriques abstraites et l’agencement des couleurs en dehors de toute réalité le renvoient directement vers ce mouvement artistique.

 

En 1940, alors que la Seconde Guerre mondiale a éclaté, et devant l’avancée Nazie vers Paris, les Delaunay se réfugient à Montpellier. Après un passage dans la petite ville de Mougins, Robert Delaunay s’éteint des suites de problèmes pulmonaires à Montpellier, en 1941.

 

Legs et influence : L’Héritage Artistique de Robert Delaunay

 

Survivant à son mari, Sonia Delaunay n’aura cessé que de faire valoir l’œuvre de celui-ci pendant tout le reste de sa vie, jusqu’en 1979. Elle organisera ainsi plusieurs expositions, faisant redécouvrir les peintures de son mari auprès du grand public, comme ses séries sur la Tour Eiffel, ou celle des « fenêtres », et, comme une véritable biographie du peintre français, ces rétrospectives ont su montrer l’évolution de son art pendant toute la première moitié du XXème siècle. Ayant marqué une page de l’art de son époque, Delaunay est aujourd’hui considéré, au côté des œuvres de Picasso ou de Matisse, comme l’un des artistes majeurs du cubisme, mais également comme l’un des précurseurs de l’art abstrait, avec Kandinsky ou Mondrian. 

On retrouve ainsi toute une collection de tableaux de Robert Delaunay partout autour du monde. En France, il est présent au Centre Georges Pompidou, où l’on peut admirer son tableau abstrait « Rythme, joie de vivre », issu de sa série « Rythme », au Musée National d’Art Moderne de Paris (situé dans le Centre Pompidou) avec « Rythme sans fin », toile à l’apogée de sa recherche sur la lumière, se rapprochant de l’abstraction d’un tableau de Mondrian, ou encore au Musée des Beaux Arts de Rennes ou de Quimper, regroupant quelques oeuvres de jeunesse, et au musée d’art moderne de Paris et de Troyes, où l’on peut voir plusieurs de ses toiles. À l’étranger, certaines de ses représentations de la Tour Eiffel sont présentes au Musée d’Art Moderne de New York, regroupant parmi les plus grandes œuvres d’art moderne et d'art contemporain au monde, mais également à la Tate Gallery de Londres, à la galerie Gmurzinska de Cologne ou encore au Musée Guggenheim de New York, entre autres.ert Delaunay) - Muzeo.com

 
Pour en savoir plus sur la vie et l'œuvre de Robert Delaunay.

Offrez-vous une reproduction de tableau de Robert Delaunay

 
A partir de
71.31 €
£60.61
59.43 €
£50.51
A partir de
36.35 €
£30.89
30.29 €
£25.74
A partir de
46.74 €
£39.73
38.95 €
£33.11
A partir de
52.34 €
£44.49
43.61 €
£37.07
A partir de
44.6 €
£37.91
37.16 €
£31.59
A partir de
32.03 €
£27.23
26.69 €
£22.69
A partir de
62.72 €
£53.31
52.27 €
£44.43
A partir de
38.87 €
£33.04
32.39 €
£27.54
A partir de
35.53 €
£30.2
29.61 €
£25.17
A partir de
31.48 €
£26.76
26.23 €
£22.3
A partir de
39.5 €
£33.57
32.91 €
£27.98
A partir de
68.55 €
£58.26
57.12 €
£48.55
A partir de
39.25 €
£33.36
32.71 €
£27.8
A partir de
63.94 €
£54.35
53.28 €
£45.29
A partir de
69.47 €
£59.05
57.89 €
£49.21
A partir de
75.36 €
£64.06
62.8 €
£53.38
A partir de
45.79 €
£38.92
38.16 €
£32.43
A partir de
33.39 €
£28.38
27.82 €
£23.65


Voir toutes
les oeuvres de
Robert DelaunayDécouvrez

 
"Une production entièrement élaborée en France"

Les artisans de l'atelier Muzéo s'engagent à vous fournir une oeuvre faite à la main, avec les meilleurs matériaux et dans un souci d'exactitude, pour une qualité égale à celle que vous trouverez dans une galerie d'art.

Découvrez notre atelier
La Réserve Muzéo

- 30% !

Faites de bonnes affaires en parcourant notre Réserve : des éditions de notre catalogue qui attendent leur acquéreur à petit prix.

J'en profite