Reproduction de tableau L'ange déchu de Alexandre Cabanel

 
 
L'oeuvre
 
En situation
 
Finitions
du support
Collectionnez
Ajouter une oeuvre à ma collection
Partagez
Partagez sur...
 
 
 
Sujets : Religion
Mots-clés : Bible, aile, ange, le Diable, religion
Cette peinture est plébiscitée par nos clients, c'est une valeur sûre.
L'oeuvre

L'ange déchu

Le chef-d'œuvre mystérieux de Alexandre Cabanel : L'ange déchu

Considéré comme l'un des chefs-d'œuvre les plus emblématiques de la peinture française du XIXe siècle, L'ange déchu d'Alexandre Cabanel est une œuvre qui continue de fasciner et d'intriguer. Présentée pour la première fois en 1847 au Salon de Paris, cette toile sublime met en scène un être céleste dont la beauté éthérée contraste avec le caractère sombre et dramatique de sa chute.

Le contexte historique et culturel de la réalisation de L'ange déchu

Dans la première moitié du XIXe siècle, la France et l'Europe sont traversées par de nombreux bouleversements politiques, sociaux et artistiques. C'est dans ce climat d'effervescence que Alexandre Cabanel, jeune peintre prometteur, fait ses études à l'École des beaux-arts de Paris et remporte le prestigieux Prix de Rome en 1845. Il séjourne alors à la Villa Médicis, résidence des pensionnaires de l'Académie de France à Rome, où il commence à travailler sur L'ange déchu.

L'ange déchu s'inscrit dans la tradition romantique, marquée par une fascination pour le sublime, l'exaltation des sentiments et l'exploration des zones d'ombre de l'âme humaine.

La représentation de la figure mythique de l'ange déchu

L'inspiration biblique et littéraire

Le personnage de l'ange déchu trouve ses origines dans les textes sacrés de la tradition judéo-chrétienne, notamment le récit de la rébellion des anges contre Dieu et leur expulsion du paradis. La littérature romantique a aussi été marquée profondément par le poète John Milton qui, dans son Paradis perdu (1667), raconte la tragédie épique de Lucifer : cet ange dont la chute symbolise la révolte contre l'autorité et l'idéal inatteignable de pureté et d'harmonie.

Une image à la fois séduisante et troublante

Dans L'ange déchu, Alexandre Cabanel met en scène un être d'une beauté époustouflante, aux ailes majestueuses et au regard empreint de mélancolie. Son corps nu et androgyne est mis en valeur par une lumière douce et diffuse, qui contraste avec les ténèbres environnantes. Cette représentation sensuelle et troublante de l'ange déchu reflète la dualité inhérente à sa condition : à la fois créature divine et rebelle maudit.

La réception critique et artistique de L'ange déchu

Un succès retentissant au Salon de Paris

Lors de sa présentation au Salon de Paris en 1847, L'ange déchu connaît un véritable succès, tant auprès du public que des critiques d'art. Certains y voient une allégorie de la jeunesse romantique, d'autres une illustration de la décadence morale de la société. La qualité de la peinture, mêlant virtuosité technique et émotion intense, contribue également à la renommée de l'œuvre.

Une influence durable sur les artistes postérieurs

Ce tableau est une véritable leçon d’histoire de l’art, car Cabanel a visiblement trempé son pinceau dans de multiples influences. Il emprunte le torse magnifique de son Lucifer à l’Apollon du Belvédère et puise la force de son anatomie à la source de Michel-Ange. La douceur de ce visage semble citer la grâce des anges de Raphaël, tandis que la posture de l’ange possède une affection toute maniériste. Au fil des décennies, L'ange déchu inspire à son tour de nombreux artistes, tels que Gustave Doré ou Odilon Redon, qui revisitent le thème de la chute et de la rédemption à travers leurs propres créations.

L'ange déchu au musée Fabre : un patrimoine exceptionnel à découvrir

Depuis 1868, L'ange déchu est conservé au sein des collections du musée Fabre à Montpellier, qui possède également d'autres œuvres majeures d'Alexandre Cabanel. La présence de ce chef-d'œuvre au musée Fabre témoigne de la richesse et de la diversité du patrimoine artistique français, et constitue une occasion unique pour les amateurs d'art de plonger dans un univers empreint de mystère, de beauté et de tragédie.

 

Cette oeuvre est une peinture de la période classique appartenant au style académisme.

 

Le lieu de conservation de « L'ange déchu » est Musée Fabre, Montpellier, France.

 

Autres oeuvres dans les mêmes couleurs

Autres oeuvres similaires

Pourquoi Muzéo vous propose différents supports pour cette oeuvre ?
La réalisation d’une reproduction d’art Muzéo s’effectue sur des supports riches et variés qui s’adaptent
à vos besoins et à vos envies. A chaque esprit souhaité correspond un support adapté.
 
"Une production entièrement élaborée en France"

Les artisans de l'atelier Muzéo s'engagent à vous fournir une oeuvre faite à la main, avec les meilleurs matériaux et dans un souci d'exactitude, pour une qualité égale à celle que vous trouverez dans une galerie d'art.

Découvrez notre atelier
Profitez de 20% de remise sur tout le site

En attendant de profiter du sable fin, prenez le temps de choisir parmi nos 60 000 références la reproduction d'art qui mettra du soleil dans votre décoration.

Je plonge dans le catalogue