Magazine
le RAMEQUIN

Douceur à la parisienne

Oui-oui, nous n'en demordons pas : Paris est la douceur incarnée! Et toc. 

 

Certes, quelqu'un, Alphonse Karr, a dit un jour que "Le vrai parisien n'aime pas Paris, mais il ne peut vivre ailleurs". Pourtant, dans cette masse parisienne, il existe un club, presque une secte, qui aime profondément Paris, qui y vit, et qui sait en comprendre l'extrême douceur. C'est un rayon de soleil caressant avec tendresse la joue d'une statue, l'éclaircie d'un ciel pastel, la floraison des jeunes filles en fleur à l'approche du printemps... c'est aussi une aube fraîche et émouvante après une nuit folle et mouvementée. C'est cette ruée vers l'or du matin, que nous détestons tous la plupart du temps mais qui parfois nous émeut par son comique. Le plaisir dans les yeux de cette foule s'amassant sur les terrasses, ce ton trainant et précipité en même temps qui fait partie du parisien... oui le parisien est infâme, mais c'est parce que nous avons trop souvent l'impression d'être en guerre les uns contre les autres que Paris ne dort jamais, que Paris est aussi jeune. Et la ville nous remercie par certains moments de grâce (dont fort peu se trouvent dans le métro), quelques petits trésors, que le parisien sait reccueillir, apprécier, et conserver. Paris est douceur, Paris est amour