Magazine
le RAMEQUIN

Esprit Tokyoïte

Le Japon n'est pas sur une autre planête, quoique l'on puisse en dire. Aussi, inutile de croire que se rendre dans le studio d'un photographe japonais, à Tokyo, c'est entrer dans une forêt de bambous et de décoration zen. Mais ça n'en est pas moins estétique et recherché. 

Atelier de Yuriko Takagi

© theselby.com

Comme une cabane à ciel ouvert, un ciel d'inspiration. Survolant le blanc des mures, du plancher, des meubles et divers objets, les affiches, photographies et posters sont autant d'éclats de lumière et de couleurs qui attachent l'oeil. Mais point d'agressivité, l'ensemble est agréable, apaisant, de par les sujet des images comme par leurs couleurs. Comme le puzzle d'un esprit, l'on voit ici l'inspiration de Yuriko Takagi, grand photographe japonais, et l'on comprend d'autant plus la beauté de ses photographies, la pureté qui s'en dégage. Ce qui l'inspire, c'est le souffle, l'air, l'amplitude de la terre et de l'être humain, ce qui fait que lorsqu'il respire, l'être humain se connecte à la nature. Cet atelier est un hommage à la planête dans toute sa beauté, et l'on sent que l'artiste s'imprègne de ce que la planète à de plus pur : la nature, et l'humanité. 

 

L'absence de cadre, est-ce un problème? 

 

L'on a tendance à croire que le cadre est toujours une valeur ajoutée. Pourtant, une oeuvre encadrée peut parfois perdre de sa spontanéité. Vous désirez une décoration simple et qui vous ressemble, un peu jeune et débrouillarde? Vous obtiendrez cet effet de simplicité en jouant avec les couleurs de chaque images, ainsi que la signification de ce qu'elles représentent. l'absence de cadre rend plus difficile la communication des images entre elles car toutes les oeuvres n'en forment plus qu'une, mais l'effet peut-être plaisant, comme ce studio/cabane, intime et parlant.