Commandez la reproduction d'art...Saint Georges et le Dragon de Paolo Uccello

 
 
L'oeuvre
 
En situation
 
Finitions
du support
Collectionnez
Ajouter une oeuvre à ma collection
Partagez
Partagez sur...
 
 
 
L'oeuvre

Saint Georges et le Dragon

Le peintre florentin Paolo Uccello (1397-1475) est l’un des premiers artistes à avoir expérimenté la représentation mathématique de l’espace en peinture. Ces tâtonnements sont visibles dans les différentes versions qu’il a peinte du thème de Saint-Georges et le Dragon, notamment celle de 1470 provenant de la National Gallery de Londres. Elle retranscrit de manière fidèle la Légende Dorée de Jacques de Voragine (1260) en condensant deux épisodes de la geste du saint patron des chevaliers : d’un côté l’attaque de Saint-Georges de Lydda contre le dragon monstrueux qui terrorisait la cité de Silène en Libye ; de l’autre la soumission du dragon par la princesse captive qui entrave fermement le cou du monstre à l’aide de sa fine ceinture. Celle-ci observe l’action avec un hiératisme qui transparaît sa confiance totale dans l’issue du combat, le bien finissant naturellement par l’emporter sur le mal selon la symbolique chrétienne. Le style de Paolo Uccello se situe entre les traditions du Quattrocento Italien et les nouvelles recherches sur la représentation de l’espace qui, à Florence, ouvriront la voie vers la Renaissance italienne. Il partage avec les imagiers médiévaux un goût prononcé pour l’aspect décoratif et les formes linéaires élégantes comme le montre la silhouette longiligne de la princesse, représentée de profil selon les canons du portrait médiéval. Les figures s’intègrent dans un paysage de convention, aux enrochements nus et à la végétation discontinue, renvoyant à Giotto. Dans cette composition "Saint Georges et le Dragon", la délicate polychromie et l’éclairage à la provenance indéterminée accentue l’étrangeté fantastique de la scène qui est censée se dérouler la nuit. Même la tempête, circonscrite dans le coin droit supérieur du tableau, ne semble pas perturber le calme plat du ciel. Son but n’est pas de retranscrire la réalité de manière illusionniste mais de produire un effet d’ensemble harmonieux grâce à une perspective géométrique rigoureuse. Les diagonales du tableau attirent le regard vers la tête sanglante du dragon, transpercée par la lance de Saint-Georges qui propulse le cavalier en avant. Les figures sont disposées en raccourcis sur un sol ponctué d’un parterre végétalisant comme un damier, aux lignes de fuite convergeant vers le paysage lointain à l’arrière-plan. La perspective géométrique élaborée selon les lois de l’optique, qui « obsédait » littéralement Paolo Uccello si l’on s’en tient à Vasari, permettait pour la première fois au peintre d’intégrer des personnages en mouvement dans un espace tridimensionnel cohérent. A travers l'oeuvre "Saint Georges et le Dragon", C’est cette dualité entre point de vue scientifique de son temps et point de vue sensible médiéval, formé lors du séjour du peintre à Venise (1425-1430) où régnait les derniers feux du gothique tardif, qui fait toute la singularité de l’art de Paolo Uccello.

 

Cette oeuvre est une peinture de la période de la renaissance appartenant au style renaissance italienne.

 

Le lieu de conservation de « Saint Georges et le Dragon » est National Gallery, Londres, Royaume-Uni.

 

Cette reproduction d’art est proposée en open-édition chez Muzéo.

Pourquoi Muzéo vous propose différents supports pour cette oeuvre ?

La réalisation d’une reproduction d’art Muzéo s’effectue sur des supports riches et variés qui s’adaptent
à vos besoins et à vos envies. A chaque esprit souhaité correspond un support adapté.
 

"Une production entièrement élaborée en France"

Les artisans de l'atelier Muzéo s'engagent à vous fournir une oeuvre faite à la main, avec les meilleurs matériaux et dans un souci d'exactitude, pour une qualité égale à celle que vous trouverez dans une galerie d'art.

Découvrez notre atelier

Vous aimerez aussi les oeuvres suivantes