Magazine
le RAMEQUIN

Les fêtes galantes

Le musée Jacquemart-André plonge à plein nez dans les roses du XVIIIème siècle... un petit aperçu ?

Le printemps, sans conteste, est la saison de la galanterie, des roses offertes encore humectées de rosée, des mains légères et poliment baladeuses, des couples enlacés dans les bosquets à peine feuillus. Aussi nous ne pouvions pas ne pas parler de l’exposition du Musée Jacquemart-André, « De Watteau à Fragonard, les fêtes galantes », du 14 mars au 21 juillet. 

 

Jardins à l'anglaise, champêtres à outrance, les décors de Watteau sont une ode à l'amour, et mettent en scène de jeunes gentils hommes  contant fleurette à de précieuses élégantes (ou est-ce l'inverse?). Si Jean-Baptiste Pater et Nicolas Lancret s'inspirent de Watteau, c'est pour immerger les fêtes galantes dans une plus grande réalité. Mais Fragonard et François Boucher s'inspirent également du maître Watteau en un raffinement rococo transmettant à la perfection la délicatesse de moeurs ainsi que le désir de frivolité de ce XVIIIème siècle si important, tant dans l'Histoire, que l'histoire de l'Art. 

 

Retraçant l’ère des « fêtes galantes », genre pictural comprenant nombre d’artistes renommés, cette exposition se parcourt comme un jardin secret, avec, selon les salles,  un jardin différent, mais toujours consacré aux amours acidulés du XVIIIème siècleBoucher, Watteau, Fragonard, et bien d'autres, ce sont ces artistes qui figèrent pour l’éternité les douceurs et les beautés d’un temps révolu. A voir absolument !