Magazine
le RAMEQUIN

Histoire d'O(rigine)

Oui, elle a fait parler d'elle, il y a quelques temps, 18 mois environ, parce que l'on prétendait qu'on avait trouvé un visage à l'Origine du monde. Mais l'origine du monde aurait-elle un visage que ça ne serait certainement pas la partie la plus intéressante de son anatomie. De toute manière, le plus intéressant, n'est-ce pas, ça n'est pas de savoir pourquoi Gustave Courbet a peint ce sexe libéré, étalé, imposé à nos yeux mi-divertis/mi-outrés, non, ce qui compte, c'est de connaître les noms de ceux qui ont été assez coquins pour acheter cette oeuvre et avoir la possibilité de se rincer l'oeil tous les jours. 

"Cachez ce sein"... ou plutôt "ce sexe"? Car cette belle et élégante peinture a, pendant presque un siècle, été cachée aux pupilles prudes du public. L'heureux commanditaire, le diplomate Ottoman Khalil Bey, libertin éphémère qui finira ruiné par le jeu, l'accroche derrière un rideau, dans sa salle de bain. Il ne tire le rideau pudique que pour certain(e)s invité(e)s, sans doute pour les émoustiller. En 1868, après la ruine du diplomate, le tableau disparait, pour ne faire son come back qu'en 1913, chez un marchand d'art, caché derrière un autre tableau de Gustave Courbet. Edmond de Goncourt, qui le verra, dira : "Devant ce tableau je dois faire amande honorable à Courbet : Ce ventre c'est beau comme la chair d'un Corrège". Le baron François Von Hatvany l'acquiert et l'emporte hors de France, à Budapest. C'est là que le baron devra l'abandonner en 1944, et que les soviétique s'en emparent.  ils restituent la toile au baron en 1947, mais celui-ci la vend en 1955 au psychanaliste Jacques Lacan et à son épouse. Madame Lacan, soucieuse des nerfs de sa femme de ménage, commandera à son beau-frère, le peintre André Masson, un paysage surréaliste (paysage érotique appelé Terre érotique) pour habilement couvrir l'Origine du monde. Il faut alors actionner un ingenieux mécanisme pour découvrir l'oeuvre. Parallèlement, des reproductions sont montrées au public à partir des années 70, par le biais de catalogues et de publications. Lacan décède en 1981, et sa femme prête le tableau pour une exposition Courbet à New-York en 1988, puis en 1992, pour l'exposition Masson, à Ornans.  Enfin, enfin, après toutes ces cachoteries, le 26 juin 1995 la toile entre officiellement au musée dOrsay, où il continue de faire parler lui : L'Origine assume enfin sa pleine nudité et sa décente indécence. 

[embed:render:inspiration_column:node:13365]