Magazine
le RAMEQUIN

Éveil des sens
au Palazzina Grassi

C'est un corridor façon boudoir, un divin passage aux douces senteurs d'alcôve, et c'est au PalazzinaG, le seul hôtel vénitien décoré par Philippe Starck. 

Venise, Ramo Grassi, San Marco, hôtel PalazzinaG. Il est tard lorsque vous rentrez de votre bal (masqué, bien sûr), et le champagne vous monte à la tête. Votre costume est un peu lourd pour vous, avec toutes ses broderies d'or et d'argent, et une douce chaleur vous enveloppe. Le corridor, couleur violine, serait presque inquiétant s'il n'était en cette teinte si belle, si mystérieuse. Tout au bout, dans un cadre somptueux, le visage à demi caché d'une femme aux yeux translucides laisse échapper son regard bien au-delà de vous, et semble vous appeler. c'est l'appel au mystère, la voix du désir qui attise vos sens exacerbés par la danse, l'alcool, toute cette promiscuité de la fête que vous venez de quitter. Vous vous rapprochez, captivé(e), et arrivé(e) en face de ce visage, vous vous rendez compte que vous n'êtes pas seul(e) dans ce couloir : à votre gauche, la personne que vous aviez remarqué(e) au bal, et perdu(e) de vue, s'approche de vous, dans son costume d'époque Louis XV. Vos lèvres s'approchent dangereusement, se frôlent, se touchent, se happent, et vous perdez la notion du temps et de l'espace. Un délice vénitien de plus, un fantasme s'accomplissant, bienfait divin. 

 

 

Astuce déco?

 

Une photographie monumentale en noir et blanc sur un mur de couleur sombre et/ou flashie procure immédiatement une sensation de profondeur. Les murs permettent en outre, par leur intensité, de focaliser l'oeil sur l'oeuvre exposée, et accentuent l'intensité de la pièce, lui conférant une atmosphère de pure sensualité. Pour vous inspirer, visitez nos photographies en noir et blanc sur notre site Muzeo.fr .