Peinture symbolique

Peinture symbolique

La peinture symbolique s’est développée en 1866 et prend fin en 1920.

La peinture symbolique, à l’opposé de l’impressionnisme, ne trouve pas son inspiration dans la nature, s’adressant à l’esprit de l’homme, plus qu’à son regard. L’imagination et l’émotion sont les maîtres mots de ce courant, les peintres, n’acceptant pas le progrès fait sur la technique, préfèrent laisser leurs sentiments dicter leur art avec du rêve et de la mélancolie. Les thèmes tels que la solitude, la mort ou encore le fantastique sont des sujets récurrents dans leur peinture, aussi bien que la femme, dont la représentation est tout à fait symbolique. Ainsi, le bien et le mal sont définis par des fleurs, tandis que les paysages s’animent d’une atmosphère surnaturelle, tout en gardant un esthétisme certain dans leurs œuvres.